Retour home
Miguel
Écrit par
blogueur
15 mai 2015 |  0 like   |  125 vues

CINEMA: « LA FAMILLE BELIER » 2014, France, d’Eric Lartigau, avec Louane Emera, Karin Viard et François Damiens, 12 ans.

jaquette dvd Famille BélierC’est le carton du printemps, à priori ne l’ayant pas vu je me méfiais des grosses ficelles.

En clair; d’un film combinant le « handicap »(notez les guillemets, chères  lectrices et lecteurs sourds et mal-entendants) et le chant choral. Soit,  « Les Choristes » rencontrent « Intouchables » dans le but de faire un « feeling good movie » à la française.

Pourtant, il y avait Karin Viard, une actrice qui sait tirer son épingle du jeu, à tous les coups et François Damiens, ineffable garagiste,  quand il ne s’agit pas d’un tatoueur maladroit des « Caméras cachées de François L’Embrouille », voire, le Claudy de « Dikkenek », je ne pouvais être que partant.

Entre parenthèses, le couple avait déjà travaillé ensemble sur « Rien à Déclarer » de Danny Boon. Restait la jeune Louane Emera, chanteuse révélée par « The Voice » et dont le disque-jolie voix mais produit un peu calibré, à mon goût- sortait-bien à propos- au même temps, le marketing, c’est un truc qui ne se réinvente pas.

Un dernier élément venait piquer ma curiosité: l’omniprésence de la musique de Michel Sardou, dans la bande son,  redevenu soudainenement fréquentable et à la mode,

Je sais, je sais, les préjugés ont la vie dure: même que le chanteur populaire,  avait commis, au début de sa carrière, un « Mods et Rockers » erreur de jeunesse, certes , mais qui à mes yeux soudain me le rendait plus sympathique que l’interprète, de,  au hasard  « Je suis pour » sur la peine capitale, ou encore « Les Villes de solitude » où le narrateur dit « j’ai envie de violer des femmes »…Quoique, après tout, des propos similaires revenaient dans la bouche d’un Daniel Balavoine interprète de  « Quand on arrive en ville »,  l ‘Opéra Rock « Starmania », et cela, sans offusquer personne.

Bref, l’homme-d’une grande modestie-parlait dernièrement, de ces maladresses en toute sincérité sur les plateaux de télévision. Oublions donc,  si vous le voulez,  bien ces titres et écoutons plutôt « Je vole », un morceau magnifique et utilisé  fort à propos dans « La Famille Bélier ».

Lectrice, lecteur, qui êtes encore là à me lire au lieu d’être parti consulter votre page « fessebouc » (merci, à vous!).

Me direz-vous?Alors ce film, qu’est-ce que vous en avez pensé. J’y viens. C’est très réussi, le handicap y est présenté de manière subtile et émouvante, avec beaucoup d’humour(notamment, la scène chez le gynécologue avec Paula qui traduit pour ses parents). Le réalisateur, Eric Lartigau, à qui l’on doit « Prête-moi ta main »  réussit à combiner l’astreinte du monde paysan, avec le handicap, bien vécu(à un moment donné la famille se présente aux élections pour défendre les droits de leur minorité).

Vient se rajouter l’élément du don musical de Paula, révélé et encouragé par le professeur de chant Eric Elmosnino(Monsieur Thomasson). Là aussi, un acteur marqué selon moi par sa prestation dans *Gainsbourg, vie héroïque »,tout est juste dans sa prestation.

Vraiment, le succès de « La Famille Bélier » est bien mérité. Certaines voix s’élèvent pour dire que c’est à des comédiens sourd-muets qu’il aurait fallu faire appel, ça se discute.

Les bonus ne sont pas exceptionnels, par contre, il y a l’option de l’auto description pour les mal-voyants ainsi que des sous-titres pour sourds et malentendants…ça aurait été un comble qu’il n’y en ait pas, n’est-ce pas?…attendez, ne riez-pas, c’est monnaie courante que l’éditeur « oublie » cette option. Avis est donc lancé.

Famille Bélier Leçon de musique

 

 

Leave a Comment