Retour home
Anthony
Écrit par
blogueur Musique et Cinema
20 novembre 2019 |  2 likes   |  473 vues

Ce Freddie n’est jamais ennuyeux

Never Boring, même en solo

Don’t stop me now, Bohemian Rhapsody, Radio Gaga, ces douces mélopées dans vos oreilles vous sont familières…Mais connaissez vous la carrière solo du front man du groupe Queen, Freddie Mercury himself ?

I’m Mr Bad Guy

1984. The Works est sorti en début d’année. Le live Aid n’est pas encore à l’ordre du jour, mais une collaboration des plus originale débarque chez les disquaires (oui un disquaire, qui vend des disques !). Giorgio Moroder (clic clic clic) et Freddie Mercury font équipe pour revisiter Metropolis en musique, Love Kills est né.

Émancipé des ces collègues du groupe, Farrokh Bulsara entame ici un premier pas vers une envie irrépressible de nouveauté.

1985. Dave Clark contact le chanteur de Queen pour prendre part au projet Time, la comédie musicale. Time et In my Defence seront les pierres apposées à cet édifice.

Mr.Bad Guy, le premier album solo de Freddie sort en avril. Incluant des titres que les fans de Queen connaissent, suite à la ré-instrumentalisation de 1995 (Made in Heaven, I was Born to Love you). Ce disque fait la part belle à la voix de Freddie, les instrumentales piochant dans différents styles peuvent dérouter.

1986. A Kind of Magic de Queen accompagne la sortie du film Highlander, devenant la bande originale non officielle, un album conceptuel.

I’m the Great Pretender

1955. Les Platters sortent le titre The Great Pretender.

1987. Freddie Mercury sort la reprise du titre The Great Pretender…Les paroles semblent écrites pour lui.

Le clip accompagnant le single est totalement second degré, certaines scènes des clips de Queen sont recrées, Roger Taylor est grimé en Drag Queen, les 3 minutes 25 les plus emblématiques de la période solo de Freddie.

1988. Un rêve devient réalité. Amoureux musicalement de Montserrat Caballé, cantatrice Espagnole, Freddie s’offre le culot de sortir un opus en collaboration rock et opéra.

Le front man de Queen prend à contre pied tout le monde et son interprétation tout en justesse et modestie sur cet album en étonne plus d’un.

Cette collaboration accouchera du mythique Barcelona, hymne des Jeux Olympiques 1992.

I’m never boring

2019. Les années ont passé, l’influence du groupe Queen et de son leader, décédé en 1991, est encore plus imposante.  Très peu de sortie en lien avec la carrière solo de Freddie ont émergé depuis 30 ans.

L’affront est corrigé. Produit et compilé par une équipe Queenesque, le coffret Never Boring est disponible depuis peu.

Les petits plats ont été mis dans les grands : 3 CD, 1 DVD, 1 BluRay.

La compilation Never Boring propose un florilège des projets solo de Freddie, l’album Mr Bad guy dans son intégralité prend place dans la deuxième galette, et pour terminer, Barcelona en version restaurée de 2012, avec l’orchestration symphonique.

Le DVD/BluRay inclut une douzaine de clip/live, et, en bonus, une interview avec Dave Clark lors de la sortie de la comédie musicale Time.

Le coffret est aussi doté d’un poster noir et blanc de la cover de Mr Bad Guy, ainsi que des peintures de Jack Coulter inspirées par le premier solo de Freddie.

Et pour couronner le tout, vous trouverez un livre rempli de photos, parfois inédites, de Farrokh Bulsara, accompagnées de citations.

La carrière solo de Freddie Mercury n’a jamais été aussi bien résumée que dans ce coffret.

Un objet de collection à n’en pas douter.

N’hésitez pas à cliquer sur les images parsemant l’article, elles vous feront voyager en image et chanson.

 

Pour cloturer, je laisse la parole à Freddie :

« Dedicated to my cat Jerry, also Tom, Oscar and Tiffany and all the cat lovers across the universe…screw everybody else »

Leave a Comment